La Confusion entre Finance Islamique et Finance Participative au Maroc

finance islamique banque participative religion argent maroc crowdfundinf collaboratif solidarite charia

Des commentaires sur ce blog ont indiqué qu’une loi sur la finance participative était étudiée au parlement, sous-entendant ainsi que le crowdfunding allait être organisé et légalisé au Maroc. Cependant, une recherche Google sur les termes « Finance Participative au Maroc » renvoi majoritairement des résultats en lien avec « la Finance Islamique ».

Que désigne-t-on par Finance Participative ? Quel est le lien avec la Finance Islamique?

1| Une Finance Collaborative, dite « Participative »

Tout d’abord, les termes « Finance Participative » et « Finance Collaborative » indiquent la même chose AU NIVEAU INTERNATIONAL. D’ailleurs, ils renvoient vers la même page sur Wikipédia. Il s’agit de modes de financement désintermédiés, facilitant des échanges de particulier-à-particulier, propulsés essentiellement par les nouvelles technologies : ils peuvent prendre la forme de crowdfunding (investissements; dons) ou de prêts.[A]

Pourquoi utilise-t-on le terme « participatif » ici ? Car plusieurs particuliers se regroupent pour permettre le financement d’un projet ou l’obtention d’un prêt.

2| Une Finance Islamique, dite également « Participative »

Cependant, lorsque les médias et la communauté financière DES PAYS ARABO-MUSULMANS parlent de « finance participative » ou « collaborative », sachez que c’est de « finance islamique » qu’il s’agit. Rien à voir avec le crowdfunding ou autres innovations.

Exemples :
AMPF (Association Marocaine pour les Professionnels de la Finance Participative Sharia Compliant)
– La dénomination revient également sur les sites officiels du gouvernement.

Pourquoi utilise-t-on le terme « participatif » ici ?
Car, selon le type de contrat conclu entre l’emprunteur et une banque islamique (moudaraba, mousharaka, mourabaha, ijara, sukuk ou istisna), cette dernière peut être amenée à supporter une partie voire la totalité des pertes liées à la défaillance du projet et au non-remboursement du prêt initial. Très souvent, la banque « participe » aux pertes ou aux gains éventuels selon des modalités définies à l’avance.

Pour plus de détails sur ces concepts, vous pouvez voir cette section sur les mécanismes pour une transaction financière sans l’introduction d’intérêts.

Sinon, il y’a une autre explication beaucoup plus évidente…

mouad twitter

mdrissi twitter

 

En tout cas, gare aux confusions.

Cliquer ici pour en savoir plus sur le crowdfunding.
Cliquer ici pour en savoir plus sur l’économie collaborative et les transactions de particulier-à-particulier.

A propos Yniim

Blog : yniim.wordpress.com --- Facebook : fb.com/Yniim --- Twitter : @Yniim
Cet article, publié dans Économie Collaborative, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La Confusion entre Finance Islamique et Finance Participative au Maroc

  1. Hamid dit :

    L’argument final m’a l’air bien plus intéressant, la plupart des décisions (même les moins importantes en apparence) ont des enjeux politiques au maroc (malheureusement)

    J'aime

UNE QUESTION ? UNE REMARQUE ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s