Un Investisseur en Nouvelles Technologies Analyse les Marchés Marocain et Africain

investisseur arrose arbre bénéfices

S’il y’a bien une chose que j’ai toujours apprécié sur internet, c’est lorsque des professionnels s’expriment, commentent l’actualité et partagent des conseils concernant leurs activités et domaines d’expertise. Ce qui est encore mieux, c’est lorsqu’ils sont accessibles.

C’était le cas de Fabrice Grinda, célèbre entrepreneur (Aucland, Zingy, OLX) et business angel, avec qui j’ai eut le plaisir d’échanger au sujet de la problématique de l’investissement au Maghreb et en Afrique.

Résumé de la conversation qui s’en est suivi en 6 points.

Après avoir lu un article où il encensait l’Afrique, je demandais :

« C’est récurrent chez les business angel & entrepreneurs occidentaux : flatter les pays émergents en Afrique (comme le Maroc), mais ne jamais y investir ou tenter d’y aider les entrepreneurs locaux. Vous êtes peu présents. Pourquoi ? Alors que, de par leurs structures, c’est clairement des marchés où « the first takes it all ». »

La discussion était utile pour voir les défaillances sur la scène nationale sous un autre angle.

En voici les 6 points les plus importants :

1 – Oui, ils investissent en Afrique. Mais sur des segments très spécifiques (pas de folie ou de services extravagants, on reste classiques). Par exemple, OLX est un des leaders sur le segment des petites annonces en Afrique. Le contenu (content marketing) est également privilégié.

2 – Les principaux critères pour choisir un pays sont principalement des projections d’indicateurs sur 5/10 ans :

-> Taux de pénétration d’internet et masse critique d’utilisateurs (particuliers & entreprises).

-> Produit National Brut par habitant.

-> Potentiel du ecommerce.

-> Environnement (politique, administratif, fiscal, juridique) favorable au e-business.

3 – Je ne comprenais pas au début, car il me semblait avoir lu plusieurs fois que les infrastructures minimales au Kenya et Nigeria étaient parfois défaillantes (jusqu’à plusieurs coupures d’électricité et problèmes de connexion par jour). Mais ce qui intéresse surtout les investisseurs, ce sont les « projections futures », la rapidité à laquelle les choses évoluent. Et, en tenant compte des critères cités précédemment et leurs projections, le Nigeria explose tous les autres pays à horizon 5/10 ans. Donc oui, le Maroc évolue, mais d’autres pays évoluent beaucoup plus rapidement que nous.

4 – Ce qui est recherché, in fine, c’est la capacité de croître TRÈS RAPIDEMENT et atteindre une TAILLE CRITIQUE. En amont des critères cités ci-haut, la taille de la population est donc importante (condition nécessaire mais non suffisante). C’est ce qui explique que le Nigeria (170M d’habitants) et l’Afrique du Sud (53M) sont privilégiés en Afrique (et le Brésil (200M) est préféré à l’Argentine (40M) en Amérique Latine).

« Le Maroc ? C’est 30 millions de personnes seulement. Avec cette taille de marché, et vu les autres critères aussi, ça va être dur de créer des grosses boîtes, trouver du financement, intéresser des acheteurs étrangers, etc… ».

Sur ce point, je n’ai qu’une chose à dire : vivement l’union du Maghreb et la création d’un marché commun avec des politiques convergentes!

5 – Un facteur clé de succès pour réussir en Afrique : les investissements en marketing nécessaires pour percer sur le marché du web sont très lourds ! Il faut souvent investir en spots TV et affichage urbain (comme l’ont fait les sites de deals et de petites annonces au Maroc). Pourquoi ? Car le consommateur africain est encore mal à l’aise avec une entreprise 100% virtuelle, voire suspicieux (arnaque ?). Il a besoin de la voir se comporter comme une « entreprise classique », s’exhiber en public, pour « y croire ».

6 – Le fait que « le contexte administratif, juridique et fiscal » soit cité parmi les critères doit être mis en relief à l’heure où le MCINET tente de lancer un « Code du Numérique ». Beaucoup de personnes lui ont reproché de chercher surtout à «contrôler» les internautes (vision politique). J’ajouterais que, à force de suivre ce fil directeur, il risque de passer à côté de l’essentiel : créer un contexte favorable à l’investissement et à la créativité des entrepreneurs (vision business). De même, la démarche devrait être beaucoup plus globale : un code spécifique, c’est bien; adapter l’ENSEMBLE des textes juridiques aux évolutions imposées par l’émergence du numérique, c’est encore mieux !

A propos Yniim

Blog : yniim.wordpress.com --- Facebook : fb.com/Yniim --- Twitter : @Yniim
Cet article, publié dans Économie & Finance, Technologie & Startups, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Un Investisseur en Nouvelles Technologies Analyse les Marchés Marocain et Africain

  1. benjoudar dit :

    Merci pour ce partage, cela dit voir le eBusiness au Maroc comme une copie du eBusiness d’ailleurs peut en effet provoquer ces questions notamment compte tenu de la taille et volumétrie locale. Une politique volontariste et conquérante sur d’autres marchés avec des services différents pourraient peut être changer cette vision…à bon entendeur

    J'aime

  2. mkhoumania dit :

    je crois que ça résume bien la façon comment les investisseurs pensent c’est sur le long terme que les attirent et pas les réalisations, une vision claire de ce qu’on veut faire comment le faire et qu’elle est le chemin à suivre.
    on est d’accord que notre marché est étroit mais c’est pas une raison qui est adapté à notre marché, c’est pas en attendant une évolution qui arrivera ou pas il faut prendre en main sa destiné et avancer de façon claire et compréhensible pour tout le monde et qui va permettre une meilleur attractivité de notre économie en générale et pas seulement l’ebiz qui est un composant du tissue économique et bien sûr le plus important il faut permettre au investisseur d’avancer et d’aller de l’avant et accepter leurs erreurs ..;

    J'aime

  3. Hicham dit :

    Excellent article qui explique pourquoi les Angels cherchent les marchés vierges qui permettent plus de gains sur le court terme. Aussi l’importance de la taille du marché pour attirer les investisseurs.

    J'aime

  4. Gemini dit :

    Merci ! Un article très utile pour les futurs entrepreneurs.

    J'aime

UNE QUESTION ? UNE REMARQUE ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s