L’Opposition Culturelle entre les Acteurs Economiques Traditionnels et la Génération d’Entrepreneurs issus du Web

cassette ipod mp3 à l'époque génération
L’info date un peu (Décembre 2012), mais elle m’intéressecar elle est assez symbolique de la bataille à venir entre les acteurs économiques « traditionnels » et la génération d’entrepreneurs issus du web.

Je résume les faits : les agences de voyages se plaignent de la concurrence déloyale des sites de deals (car il ne s’agit pas d’agents habilités), convoquent des conférences en trombe pour se serrer les coudes, invoquent un Dahir censé garantir leur monopole protéger leur profession et en appellent au ministère du tourisme pour engueuler ces jeunes entrepreneurs égarés à force d’avoir trop suivi la voie de……ça s’appelle comment déjà… oui c’est ça, « internet »! [A]

GENÈSE D’UN CLASH

Élargissons donc un peu le débat, mais tout en restant dans le secteur du tourisme. En effet, il s’agit d’un bon champ d’analyse, puisqu’il a été l’un des plus impactés et transformés par l’émergence de nouveaux business models issus du web.

Et prenons un autre acteur qui a créé une rupture dans ce même secteur en Occident : Airbnb.

Airbnb est un service qui facilite l’hébergement temporaire et payant entre particuliers : elle est aujourd’hui valorisée à 2,5 Milliards $ et devenue un substitut sérieux aux hôtels et autres modes d’hébergement temporaire plus classiques.

Imaginez qu’un valeureux marocain ose reproduire le concept de Airbnb à échelle nationale, représentant ainsi une concurrence frontale pour les hôtels et grignotant dans leurs parts de marchés…

Pire encore : imaginez qu’il se développe un service gratuit, basé sur la confiance et la recommandation entre les membres d’une communauté, permettant d’être hébergé gratuitement, tirant ainsi le coût de l’hébergement touristique vers…. ZÉRO!

A terme, les hôteliers auraient une réaction similaire à celle des agences de voyage.

LA RÉALITÉ DU TERRAIN

S’agissant essentiellement de plateformes web, dont l’expansion de l’activité n’est donc pas limitée par le facteur géographique, imaginez que ces 2 services sévissent déjà au Maroc.

On me signale que…
Oui, effectivement, c’est déjà fait…

Et, si on veut être pointilleux et un peu parano, les hôteliers pourraient même se plaindre que les sites de petites annonces locaux encouragent également la sous-location temporaire.

20130309-115957.jpg
(cliquez sur l’image pour agrandir)

RÉACTION À PRÉVOIR

Voici le texte de loi auquel les acteurs traditionnels et leaders de marché pourront faire appel :

Chapitre III

De la sous-location et de la cession de bail

Article 19

« Par dérogation aux dispositions de l’article 668 du dahir formant code des obligations et contrats et sauf stipula­tions contraires du bail ou Record écrit du bailleur, toute cession du bail ou sous-location des locaux à usage d’habitation par le preneur, quelle que soit la forme de la cession, ou de la sous-location est interdite.
Sauf preuve contraire, est considérée comme cession ou sous location l’occupation des lieux loués par un tiers, lorsqu’elle se poursuit pendant plus de trois mois consécutifs.

Article 20

Lorsque la cession de bail ou la sous-location n’est pas interdite en vertu de l’article précédent, le bailleur est appelé à encourir à l’acte.
A cet effet, le locataire lui notifie soit par acte en la forme prévue aux articles 37, 38 et 39 du code de procédure civile, soit par lettre recommandée avec accusé de réception, son intention de céder son bail ou de sous-louer les locaux.
Si le bailleur refuse de concourir à l’acte ou omet de répondre dans un délai de trente jours ce la réception de cette notification, il est passé outre.

Extrait de justice.gov.ma

POURQUOI PERSONNE N’EN PARLE ?

Lorsqu’il s’agit de cas isolés réalisés par des particuliers, le législateur et la concurrence peuvent fermer les yeux. Mais si un service semble « organiser le contournement de la loi à grande échelle », sa position deviendrait très sensible.

Cependant, il y a une loi non écrite : tant que tu représentes pas un risque pour le statu quo économique, on te fout la paix. C’est comme pour les agences de voyage et les sites de deals : à partir d’un certain montant de pertes, les hôteliers commenceront à y prêter attention.

QUI EST VRAIMENT LA VICTIME ICI ?

Les réactions des entreprises « traditionnelles », regroupées en lobbies, peut limiter et empêcher le développement de l’entrepreunariat et l’innovation en générale. Les législations favorisant les monopoles, les barrières à l’entrée et le status quo sont la kryptonite des entrepreneurs.

Generation conflit opposition

Et cela risque de nous priver de l’une des principales forces du web : une plateforme qui permet la DÉSINTERMÉDIATION.

Cette situation n’est pas spécifique au Maroc : c’est partout pareil. Des agences de voyage marocaines aux chauffeurs de taxi new-yorkais, des hôteliers parisiens aux producteurs hollywoodiens, le même cri résonne : « Protégeons notre business. Déjà que c’est la crise, faudrait pas qu’en plus ces nouvelles entreprises nous concurrencent sérieusement. »

Le clash culturel pourrait être encore plus violent dans un pays comme le nôtre, fortement conservateur et paradis de la sur-intermédiation inutile. Un pays où les produits transitent par un importateur puis un grossiste, un négociant, un fournisseur, un revendeur, un distributeur puis un détaillant, un recommandeur, un mec qui en parle au semsar puis le semsar avant d’arriver (ouf!) chez le consommateur final .

Le grand perdant dans ce schéma est le consommateur final qui paye les surcoûts liés à cette sur-intermediation.

LA MORALE DE L’HISTOIRE

Mettre à jour la législation marocaine, ne pas chercher à protéger à tout prix les vieux business model, faire de la place aux entrepreneurs qui innovent, favoriser la collaboration entre les « nouveaux » et les « anciens » acteurs économiques, pour le bénéfice de l’économie marocaine en général et du consommateur en particulier.

[A] De plus, je ne suis pas particulièrement admiratif du business model actuel des sites de deals qui reste défaillant à mes yeux.

Bonus : 24 signes qui prouvent que tu as vécu les années 90 au Maroc

A propos Yniim

Blog : yniim.wordpress.com --- Facebook : fb.com/Yniim --- Twitter : @Yniim
Cet article, publié dans Économie Collaborative, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’Opposition Culturelle entre les Acteurs Economiques Traditionnels et la Génération d’Entrepreneurs issus du Web

  1. soraya dit :

    Excellent ! Une sorte de lutte générationnelle au niveau économique. Beaucoup pensent que le Maroc n’est pas impacté par ces évolutions, mais ils se trompent

    J'aime

  2. Ping : 10 Choses à Savoir sur l’Application de Transport Uber | Economie Finance Technologie Medias

UNE QUESTION ? UNE REMARQUE ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s